Les poules de réforme, on en parle ?

Les poules de réforme, on en parle ?

Pet’s Rescue France permet aux volontaires d’adopter des poules de réforme quand cela est possible. Mais qu’est-ce qu’est exactement une poule de réforme ? Quel est l’intérêt d’en adopter ? D’où viennent-elles ? À quelle(s) race(s) appartiennent-elles ? Peut-on également sauver des poussins ou des coqs ? Retrouvez ici toutes les réponses à vos questions !

L’industrie des œufs et les différentes façons d’agir

Les poules pondeuses ont été sélectionnées de manière à consommer moins d’aliments tout en pondant plus d’œufs qu’il y a une trentaine d’années. En batterie, elles sont élevées à une densité de 30 à 38 poules par m² : la surface disponible pour chaque animal est inférieure à une feuille A4. Elles commencent à pondre autour de 6 mois en moyenne en fonction des races, et sont « réformées » à l’âge de 18 mois environ, quand elles commencent à pondre moins et donc à être moins productives. Et la réforme, pour les poules d’élevage, ça signifie l’abattoir.

Mais il est possible d’agir pour ces poules ! En amont, tout d’abord : privilégiez les œufs de poules élevées en extérieur et/ou bio, étiquetés 0 ou 1 sur les boites des supermarchés. Vous pouvez également élever vos propres poules, qui sont de vraies recycleuses de déchets verts et sont de très bonne compagnie ! Vous pourrez ainsi avoir des œufs maison, et le plaisir d’aller les ramasser le matin.

Il est également possible, pour réduire la demande en œufs et donc la souffrance des poules d’élevage, de réduire sa consommation en œufs industriels et de privilégier d’autres sources de protéines, ou bien d’échanger des légumes contre les œufs de ses voisins !

Pour les poules dont la carrière de pondeuse est déjà terminée, il est également possible de faire quelque chose. De nombreuses associations organisent leur revente aux éleveurs et leur transfert vers des familles aimantes aux jardins accueillants. S’il est préférable d’en prendre au moins deux, il n’y a pas de nombre maximum ! Tout aussi dociles que les autres, les réformées continueront de pondre toute leur vie durant, de la même manière qu’une poule « normale » n’étant pas issue d’élevage intensif. Cependant, leur acclimatation à leur nouvel environnement devra se faire particulièrement progressivement, nous y reviendront dans un prochain article.

Coqs et poussins ne peuvent pas, normalement, être sauvés de l’industrie de l’œuf. Les poussins sont triés à la naissance : les mâles sont abattus, congelés puis vendus en barquettes pour les zoos, les centres de soins animaliers, les animaleries ou encore aux propriétaires d’animaux carnivores (serpents, furets…). Les femelles sont élevées en couveuses puis transférées à leurs 6 mois sur leur site d’élevage, où elles feront leur vie de poules pondeuses. Seuls quelques coqs, qui correspondent à des critères très précis pour la reproduction et ainsi la production de poules toujours plus rentables, sont conservés. Ainsi, seules les poules transitant entre leur site d’élevage et l’abattoir sont sauvables, malheureusement.

Adopter des poules de réforme

Contrairement aux poulets de chair, qui sont généralement blancs, les poules pondeuses sont rousses. Les poules de réforme ne sont pas de vieilles poules : une cocotte en bonne santé, en fonction de sa race, de ses conditions de vie et de son environnement, peut vivre entre 5 et 10 ans en moyenne. Mais en récupérant des réformées, vous allez probablement vous retrouver avec des poules partiellement déplumées, à la crête blanche et tombante, parfois avec le bec épointé (oui oui) ou une patte cassée. Ces poules auront en effet passé un an de leur vie dans un élevage intensif, collées à leurs congénères, parfois sans voir la lumière du jour, à manger tous les jours le même mélange. Leur état s’améliorera de jours en jours en arrivant chez leurs nouveaux propriétaires : en ayant accès à l’herbe du jardin, aux insectes, à des épluchures de légumes, à des bains de poussière et de soleil, à des contacts normaux avec leurs copines, les poules reprennent vite du « poil de la bête » et ressembleront de nouveaux à de vrais animaux, en bonne santé physique et psychologique. Tout est une question de temps, de patience et de soins attentifs : avec ces quelques ingrédients, vous pourrez donner une seconde chance à des poulettes qui le méritent plus qu’amplement !

Si vous souhaitez sauver des poules de réforme, vous ne pourrez probablement pas les choisir personnellement. Ce sont souvent des centaines d’animaux qui sont sortis d’élevage en une seule fois et qui nécessitent d’être pris en charge rapidement. Mais n’oubliez pas que les poules sont des animaux intelligents, qui s’attachent facilement à leurs humains si ceux-ci s’occupent bien d’elles. Aller les voir chaque jour, les nourrir, passer du temps avec elles, nettoyer leur poulailler, leur parler, tous ces efforts finiront par porter leurs fruits : vos poules finiront par venir vous voir en courant quand vous vous approcherez de leur enclos !

Adopter des poules de réforme ne vous reviendra pas à très cher, quelques euros par poule en général. Le montant auprès de Pet’s Rescue France est de 4€ par poule. En plus de faire une bonne action, vous permettrez à l’association de sauver toujours plus de poules et de pérenniser ses actions.

Si vous souhaitez adopter des poules auprès de Pet’s Rescue France, rendez-vous ici pour remplir le formulaire dédié !

Et vous, vous avez déjà sauvé des poules ? Dites-nous ça en commentaire !

Camille, chargée de communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.