Ces métiers insolites pour les amoureux des animaux

Ces métiers insolites pour les amoureux des animaux

Envie de vous réorienter, en quête d’une idée de profession pour votre avenir ou celui de l’un de vos proches ? Les amoureux des animaux ont de multiples choix en matière de métiers possibles, mais certains métiers sont bien plus connus que d’autres. Alors, qu’y a-t’il à part vétérinaire, soigneur animalier en zoo ou vendeur en animalerie ?

Tout d’abord, travailler avec les animaux ne veut pas forcément dire travailler pour leur bien-être ou pour leur protection. Vendre des animaux en animalerie expose à en trouver des morts chaque matin ; être dresseur de dauphins est un rêve d’enfant, mais les conditions de détention de ces animaux sont beaucoup moins idylliques qu’il n’y paraît ; élever des chevaux de courses peut vouloir dire devoir en envoyer à l’abattoir, etc. Les exemples sont nombreux. Alors, quel métier choisir si l’on désire travailler avec (et pour !) les animaux ?

Pour les amoureux des animaux de compagnie

Les métiers auprès des animaux de compagnie sont les plus faciles à intégrer. Il est ainsi possible de devenir agent animalier en refuge pour participer au sauvetage et à l’entretien des animaux sauvés de l’abandon et de la maltraitance. Aucun diplôme n’est nécessaire pour exercer ce métier, mais une bonne connaissance des animaux et des réalités de ce type de métier (bonne résistance morale et physique notamment) sont nécessaires. Posséder l’ACACED est également un bon point.

Le toiletteur animalier œuvre aussi pour le bien-être animal, et de nombreuses options sont possibles : ouvrir un salon indépendant, rejoindre un salon existant, exercer à domicile, il y en a pour tous les goûts ! La tendance actuelle est de proposer des soins supplémentaires, comme de la balnéothérapie. Aucun diplôme n’est obligatoire pour exercer ce métier, même si suivre une formation dans un organisme agréé ou chez un professionnel est fortement recommandé.

Pour les passionnés de soins « physiques », le métier d’ostéopathe animalier peut être une bonne option. Avec des techniques précises, l’ostéopathe animalier soulage les douleurs des animaux de compagnie, et parfois également des chevaux, vaches et autres animaux dits « de rente ». Un diplôme est nécessaire pour exercer, et le cursus dure 5 ans en France.

Pour ceux qui y croient, la profession de communicateur animal est très intéressante : qui n’a jamais rêvé de pouvoir comprendre son animal de compagnie ? Face à l’animal ou à l’aide d’une photo, le communicateur peut lui poser une ou plusieurs questions simples, auxquelles l’animal peut choisir, ou non, de répondre. Celui-ci transmet rarement des phrases complètes, mais peut communiquer avec des images, des sons, des sensations, etc. Une formation auprès d’un bon pratiquant est nécessaire pour aiguiser son approche et gagner en crédibilité auprès de ses futurs clients.

Pour les passionné(e)s de chevaux

Vous préférez les chevaux ? Pas de problème, le monde équestre regorge de métiers pour ceux qui veulent prendre soin des équidés ! Vous pouvez par exemple viser le métier de groom maison ou concours. Le groom s’occupe d’un ou plusieurs chevaux appartenant à des cavaliers plus ou moins reconnus : pions, tonte, échauffement, sorties au paddock, les missions ne manquent pas. Métier difficile mais passionnant, le groom passe son temps avec les chevaux et doit créer une vraie relation de confiance avec ses deux partenaires de travail : le cheval, et le cavalier ! Ce métier n’étant pas vraiment reconnu, il faut cependant faire attention de ne pas se faire « exploiter ». Une expérience en bénévolat en centre équestre ou une formation de groom sont des points positifs dans une candidature, et ce métier se trouve essentiellement par le bouche-à-oreille.

Véritable podologue du cheval, le maréchal ferrant se déplace aux écuries, à l’aide d’une camionnette aménagée transportant tout le matériel nécessaire. Comme on dit : pas de pied, pas de cheval ! C’est pourquoi ce professionnel est indispensable pour la bonne santé de nos amis les chevaux. Le métier de maréchal ferrant recrute assez facilement, mais il est très fatiguant physiquement. L’obtention d’un CAP ou d’un brevet technique des métiers spécialisé en maréchalerie est nécessaire pour exercer ce métier.

Oui, il existe un métier spécifique pour les dents des chevaux ! Les chevaux « domestiques » consomment souvent des végétaux beaucoup plus tendres que leurs cousins sauvages. Leurs dents poussant continuellement, ils sont donc confrontés à ce qu’on appelle les « surdents » coupants pour la langue et l’intérieur des joues. C’est alors que le dentiste intervient, pour limer les dents (c’est totalement indolore et les chevaux apprécient généralement l’effet très rapidement). Comme tous les métiers liés aux soins, l’obtention d’un diplôme spécifique est nécessaire pour accéder à cette profession.

Plutôt attiré(e) par les animaux sauvages ?

L’éthologie est la branche de la zoologie permettant d’étudier le comportement des animaux. Mais attention : le rêve de travailler sur le comportement des chevaux, des loups ou des éléphants n’est accessible qu’à un très petits nombre d’équipes de recherche. La plupart des éthologues n’étudient pas une espèce, mais un comportement, indépendamment de l’animal chez lequel il est étudié. L’obtention d’un Bac+5 voire d’un doctorat est nécessaire pour devenir éthologue.

Vous aimez la dimension artistique que peut offrir la nature ? Vous pourriez penser au métier de photographe animalier, de dessinateur naturaliste ou encore de créateur d’œuvre d’art à partir de manières naturelles ou recyclées. Ces œuvres permettent souvent d’ouvrir les yeux sur certaines problématiques, car une image vaut parfois mieux que cent mots.

Pour les passionnés d’animaux marins, les métiers de cétologue (spécialiste des cétacés) ou d’océanologue (spécialiste de l’étude des océans et des écosystèmes marins) pourraient être des pistes. Les campagnes en mer peuvent toutefois être rares, en fonction du lieu de recherche pour lequel vous travaillez. Ici aussi, de longues études universitaires sont nécessaires.

Le métier d’ornithologue pourrait vous surprendre. Beaucoup d’enfants voudraient devenir « spécialistes des oiseaux », et beaucoup de parents répondent que ce n’est pas un métier ! Effectivement, ce n’est pas UN, mais plusieurs métiers, on a donc l’embarras du choix. Les chargés d’études en ornithologie (Bac +3), les chargés de missions naturalistes (Bac +5) ou encore les zoologues spécialistes des oiseaux (Bac +8) sont des ornithologues, même si la plupart ont aussi d’autres domaines de compétence (mammalogie, chiropterologie, entomologie, botanique …). Selon le métier visé, il faut avoir entre le BAC et le doctorat en sciences naturelles, même si le BTS Gestion et Protection de la Nature suivi d’une licence professionnelle reste une base pour ce type de métier.

Pour ceux qui n’ont pas peur du sang, le métier de soigneur en centre de soins pour la faune sauvage pourrait être une bonne idée. Le soigneur se charge de nourrir les poussins abandonnés, de bander l’aile cassée d’un rapace, de gaver une portée de hérissons ou encore de sensibiliser le public à la protection de la faune sauvage. Il passe également beaucoup de temps à nettoyer le centre de soins et le matériel, à préparer des rations alimentaires et médicamenteuses, etc. Il n’est pas vétérinaire, mais il a souvent fait du bénévolat en centre de sauvegarde. Un diplôme d’assistant vétérinaire peut être une façon d’accéder à ce métier pour le moins insolite.

Et pour ceux qui aiment les animaux de la ferme ?

Être animateur en ferme pédagogique peut permettre de valoriser d’anciennes races d’animaux dits « de rente » (vaches, ânes, cochons, moutons, chèvres, parfois poules, lapins, etc), et ainsi participer à leur conservation. Ici aussi, le BTS Gestion et Protection de la Nature permet d’acquérir les bases en animation nature.

En bref, vous l’aurez compris, il existe de nombreux métiers qui permettent de travailler avec les animaux, et ce, dans le plus grand respect de leur intérêt. N’hésitez pas à vous renseigner davantage, car cette liste n’est pas exhaustive !

Et vous, ce serait quoi votre métier animalier idéal ? Dites-nous ça en commentaire !

Camille, chargée de communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.