Comment m’engager pour la cause animale ?

Comment m’engager pour la cause animale ?

La souffrance animale vous révolte et vous souhaiteriez vous investir pour les bêtes à poils, à plumes, et pourquoi pas à écailles ? Il existe de multiples façons de s’engager pour la cause animale, et chaque personne peut trouver son activité de prédilection afin de servir ses convictions.

L’adoption en refuge ou en association

Une des façons les plus simples de s’investir pour les animaux est d’adopter en association ou en refuge. En plus de l’animal que vous sauvez, vous permettez de libérer une place dans le refuge ou la Famille d’Accueil où il était hébergé, ce qui permet en réalité d’aider 2 animaux ! Les frais d’adoption permettront de rembourser les soins vétérinaires réalisés sur l’animal en question (stérilisation, vaccination, identification …), mais permettront également de pérenniser les activités de l’association en finançant les frais engagés : stérilisation des chats des rues, remboursement de la nourriture et des soins vétérinaires aux Familles d’Accueil …

Le don ponctuel ou régulier

En donnant ponctuellement une somme d’argent, en donnant 1€ par mois ou en parrainant un animal, vous permettez à l’association de pérenniser ses actions et de sauver toujours plus d’animaux. Ces dons permettent d’assurer les frais fixes, et d’étendre le champ d’action de l’association ou du refuge auquel vous donnez.

Le bénévolat

Si vous manquez de ressources financières, vous pouvez donner de votre temps ! Promener les chiens, socialiser les chats, nettoyer les cages des lapins, rédiger des articles pour un site internet, reléguer des campagnes sur la cause animale, faire de la comptabilité, récolter des croquettes en magasin ou tenir un stand … Les idées ne manquent pas. À chaque bénévole ses compétences, ses envies et sa mission idéale !

Être Famille d’Accueil (ou FA pour les intimes)

Vous voulez un animal mais vous ne pouvez pas vous engager pour plusieurs années ? Vous souhaitez bénéficier de la compagnie d’un animal tout en faisant une bonne action ? Devenez Famille d’Accueil ! Quelques conditions doivent être respectées pour devenir FA : vous devez disposer d’une pièce dédiée où placer votre (ou vos !) protégé(s) en quarantaine, vous devez disposer d’assez de temps pour vous en occuper, et vous engager à l’emmener chez le vétérinaire en cas de problème. Les frais engagés pour les soins sont généralement pris en charge par l’association, ainsi que les frais d’alimentation.

Changez votre manière de consommer

L’élevage intensif et la pêche industrielle sont sources de souffrance animale et de destruction de l’environnement. En changeant votre manière de consommer, vous pourrez agir au quotidien pour vos convictions ! Manger moins de viande et de poisson, privilégier la toile au cuir et à la laine, consommer bio sont quelques manières de consommer autrement, tout en favorisant le bien-être animal. Vous pouvez également préférer les balades en nature, une paire de jumelles autour du cou, plutôt que d’aller au zoo ou au cirque : en plus de favoriser le bien-être animal, c’est bon pour la santé !

Être vigilant au quotidien

Témoin de maltraitance animale ? Prenez le temps de noter tout ce que vous pouvez tout en datant les faits, puis contactez l’association de protection des animaux la plus proche : de cette manière, vous permettrez à l’animal concerné d’être sauvé sans toutefois vous mettre en danger. N’hésitez pas à demander de l’aide ou à inciter d’autres personnes à constater la maltraitance en question. La prise de photos et de vidéos peut également être utile afin que celles-ci servent de preuves.

Faire de l’éco-volontariat

Forme très engagée de bénévolat, l’éco-volontariat permet de s’engager pendant plusieurs jours, semaines ou mois pour une cause bien particulière : sauvetage de la faune sauvage en France et dans le monde, restauration de milieux naturels, promotion d’actions en faveur des animaux … Ici aussi, chacun peut trouver sa mission idéale !

Utilisez YouCare

Moteur de recherche moderne, YouCare vous permet de reverser l’argent généré par vos recherches sur Internet à l’association de votre choix. Refuges, associations indépendantes, ONG, vous avez l’embarras du choix !

Faites un don matériel

Lors des campagnes en supermarché, vous pouvez donner des croquettes ou de la pâtée pour animaux : les refuges les utiliseront directement, et les associations sans locaux pourront redistribuer les aliments collectés aux FA, ou s’en servir pour nourrir les chats des rues. Vous pouvez également donner des biens matériels à l’association de votre choix : couvertures, serviettes, petits outils de soin (tire-tiques, coupe-griffes, brosses …), bacs à litière, colliers et laisses, arbres à chat, paniers … Et même des objets d’art ! Revendus par l’association, ces œuvres permettront de financer ses actions tout en la faisant connaître.

Être enquêteur pour une association

Les signalements de cas de maltraitance sont nombreux. Afin de sauver le plus d’animaux possible, les associations font appel à des enquêteurs bénévoles. Ils doivent se rendre au domicile de la personne signalée comme étant maltraitante et vérifier que l’animal est réellement en danger. Selon les cas, l’animal peut être ou non retiré et confié à l’association afin que l’animal soit soigné et adopté par une famille aimante.

Faire un service civique

Vous avez entre 16 et 25 ans ? Bonne nouvelle ! Vous pouvez réaliser un service civique, d’une durée de 6 à 12 mois, afin de protéger les animaux. Agent animalier en refuge, communication pour une association de protection animale, coordination de bénévoles ou encore organisation d’évènements en lien avec la cause animale, les missions sont très diversifiées et chacun peut trouver son bonheur ! L’âge maximum pour ce type d’engagement est repoussé à 30 ans pour les personnes handicapées.

Aidez les animaux en bas de chez vous

Chaque ville et chaque village de France a son « quartier à chats errants ». Il s’agit souvent d’un endroit discret, disposant de cachettes et proche de poubelles, où les chats abandonnés et les chatons nés à la rue se retrouvent. Parfois, des chiens sont aussi errants, mais la mairie a l’obligation de les confier à la fourrière ou à un refuge, en raison du risque pour les passants notamment. Les chats, plus discrets et difficiles à attraper, sont souvent laissés à leur sort : soit le quartier est habité par des amoureux des chats qui les nourrissent, soit ils subissent les maltraitances des gens qui ne les aiment pas.

Afin de leur venir en aide, vous pouvez apporter régulièrement de la nourriture à un endroit fixe, apporter des gamelles d’eau, ou encore mettre des couvertures à un endroit caché et sec où les chats pourront venir se reposer en toute tranquillité. N’hésitez pas à contacter une association de protection des chats libres pour vous venir en aide. Ils peuvent trapper, soigner, identifier et stériliser les chats avant de leur trouver une famille s’ils sont sociables, ou de les remettre sur site, où ils deviendront des « chats libres ».

N’achetez pas, adoptez !

Nombreux sont les animaux victimes de trafic, sur internet et même en animalerie. L’achat d’animaux issus de magasins ou de petites annonces permet d’entretenir le trafic de ces animaux. Si vous souhaitez avoir un animal de compagnie, rapprochez-vous de l’association ou du refuge le plus proche de chez vous, ils auront certainement un animal correspondant à vos critères !

Par ailleurs, n’achetez pas d’animaux lors de foires et refusez les animaux offerts dans les fêtes foraines. Outre le risque d’avoir un animal malade qui risque de mourir rapidement, beaucoup proviennent d’élevages ne respectant pas les animaux. Si vous constatez des maltraitances faites aux animaux lors d’une foire, par exemple, n’hésitez pas à prendre des photos, à noter le plus d’informations possible et à contacter une association de protection des animaux.

Devenez veilleur sur internet

Variante de l’enquêteur en association, le veilleur sur internet effectue des recherches afin de trouver des annonces illégales, comme des ventes d’espèces protégées et/ou sauvages. Une fois le signalement réalisé, l’Office Français de la Biodiversité réalisera une enquête et pourra, si nécessaire, faire appel à la loi afin de rappeler que ce type de transaction est interdite. Rapprochez-vous d’associations de protection de l’environnement afin d’en savoir plus.

Lire, regarder des documentaires, écouter des podcasts : une autre façon de s’engager

Nombreux sont les supports qui permettent d’en apprendre plus sur la cause animale. Les livres développant notre rapport aux animaux ou les documentaires sur leurs émotions peuvent vous permettre d’augmenter vos connaissances dans ce domaine et de vous engager où vous voulez, quand vous voulez.

Cette liste est bien-sûr non exhaustive ! Comme vous pouvez le voir, chacun peut trouver un moyen de s’engager pour la cause animale en fonction de son temps, son argent, ses compétences, ses convictions, ses envies. Et vous, quelle serait votre mission idéale ?

Camille, chargée de communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.